dimanche 14 janvier 2018

Soutenir l'œuvre de Dominique Aubier.

Tout doit être gratuit.

Depuis quelques temps, je reçois des courriels m'invitant à mettre généreusement et gratuitement à la disposition du Public les films de Dominique Aubier. On me demande aussi de distribuer gratuitement ses livres, afin que « tout le monde en profite ».
Ah, ce mot « profiter » ! On l'entend partout, comme l'argument suprême des satisfactions vitales. Profiter du soleil, profiter de la neige, profiter de tout, si possible sans contrepartie, s'agissant bien entendu de « partager ».
Il faut faire acte de partage, me disent ces généreux amis…
Pour eux, il s'agirait de tout poser en accès gratuit sur le Net… Tout donner. Un lecteur a même proposé, en toute abnégation (à condition que je les lui offre), de mettre en ligne tous les films de Dominique Aubier sur un site d'accès gratuit.
Dominique Aubier. 1922 - 2014. L'œuvre continue.

À ceci près que la gratuité sur ces sites n'existe pas, et que les documents proposés nourrissent ces distributeurs qui en tirent de substantifiques revenus par les publicités et autres redevances annexes.

La proposition de la gratuité de la Connaissance semble tracasser pas mal de monde. Je comprends bien la question. En effet, la Connaissance est donnée par l'Invisible. Dès lors, en déduisent-ils, il faut la redonner gratuitement. C'est un raisonnement comprimé comme une sculpture de César, allant d'un fait brut directement à la conclusion que l'on cherche à faire passer.
Il existe cependant un long parcours intermédiaire entre le don de la Connaissance et sa réception par le Grand Public : tout le monde reçoit la Connaissance… selon son propre degré d'entendement. Certains en reçoivent plus que d'autres, c'est selon les capacités personnelles de réception. La distribution, si elle est démocratique, n'est pas pour autant égalitaire. Elle se fait aussi en fonction des efforts personnels que chacun réalise… en toute liberté.

L'initié est celui (ou celle) qui connaît le Motif d'Absolu et ses Lois. Il intègre la Connaissance, en peaufine les contours, rend les données intelligibles. Il redonne ce qu'il a reçu : il (elle) écrit un livre, produit des paroles, et tout cela… est fait très généreusement.

Le Public, de son côté, fait ce qu'il veut. Et ce qu'il peut.
S'il veut bénéficier de la Connaissance, il est tenu d'en valider la réception par un acte d'échange. Il ne reçoit pas la becquée comme un oisillon affamé. Il reçoit et donne en échange quelque chose. C'est un acte de partage.

La vraie règle a été parfaitement expliquée dans le Zohar, le grand livre de la kabbale hébraïque :
« Celui qui a la Connaissance doit la donner. Et celui qui la veut doit la payer. »

Ah, le vilain mot que « payer », alors que tout devrait être gratuit…

Dominique Aubier a largement fait sa part. Elle a donné des années de sa vie pour mettre au point son œuvre. Une œuvre exceptionnelle, inégalée.
C'est au Public de se rendre capable de la recevoir.
On me dit parfois : c'est trop cher.
Eh bien oui, c'est cher. Mais n'estime-t-on pas les choses au prix qu'on les paie ?

Certains me disent aussi, parlant du contenu : ils sont trop difficiles.
Un proverbe indien explique que le plus souvent ce n'est pas le puits qui est trop profond pour y puiser la bonne eau de la Connaissance. Mais c'est la corde dont on se sert qui est trop courte. Il faut donc allonger la corde, tirer, tirer encore : lire, relire. Étudier. Entrer en phase avec l'auteure, car ce ne sont pas des "bouquins" que l'on survole ou qui seraient destinés à émouvoir les âmes pendant une dizaine de minutes, avant de passer rapidement à autre chose. Ce sont de vrais livres. Dont on commencera par apprécier le beau façonnage (mais qui se soucie encore de cela ?)

Les ouvrages de Dominique Aubier sont des références solides. Par exemple Le Principe du Langage ou l'Alphabet hébreu est depuis sa  première édition en 1967 un incontournable pour les kabbalistes sérieux. Il a inspiré nombre d'auteurs et plus d'un rabbin s'en sert pour donner des cours. Le livre Réponse à Hitler — La mission juive fait figure depuis près de 30 ans comme le meilleur ouvrage sur les séfiroth, et c'est le rabbin Ouaknin qui l'a dit en ouverture d'une conférence. Quant à la série sur Don Quichotte : on ne peut plus ouvrir le livre de Cervantès en ignorant la thèse développée par Dominique Aubier. Depuis 1966, sa découverte s'est imposée, n'en déplaise aux « mauvais coucheurs » ne supportant pas la présence de la langue hébraïque ou araméenne dans le chef d'œuvre espagnol. Ces petitesses finiront par céder, c'est affaire de temps.

Les ouvrages de Dominique Aubier sont entrés dans l'Histoire, dans la Culture présente : j'allais dire qu'il s'agit d'une œuvre canonique et c'est le cas de La Face cachée du Cerveau dont les quatre éditions successives et les traductions anglaise et allemande ont attiré un vaste lectorat, pratiquement sans aucun soutien médiatique. Je l'ai déjà dit : la pensée amidonnée de la convention a un demi-siècle de retard sur les avancées prodigieuses de ce pensum. Et l'on en est encore à s'accrocher aux vitrifications passées alors que ce livre a pleinement décodé le symbolisme des rites et traditions du monde. C'est le Code des Archétypes. Et c'est la Vie elle-même qui en veut le succès. Ce livre est une avancée vers le « messianisme ». Non, ce n'est pas un gros mot : le messianisme c'est tout simplement  la libération de l'Esprit humain vers plus de clarté.
Ah, trop difficile, me disent certains.
Je leur dis : eh bien lancez-vous un défi et faites comme moi. Car j'ai moi aussi, j'ai trouvé ce livre difficile au début. Mais ce ne sera tout de même pas un livre qui bloquera mon esprit : je veux absolument tout comprendre. Et au final, excusez-moi, c'est bien plus facile qu'apprendre les formules mathématiques déterminant les probabilités et autres génialités de Cosinus. Au moins cela aide à vivre que de connaître les Lois du Réel, ici parfaitement décrites, reconnues, observables dans nos existences. C'est à cela que sert la Connaissance : à vivre, à décider, selon des certitudes garanties par le réel.

Et tout cela, il faudrait le donner gratuitement ?
Oui, je suis d'accord pour TOUT DONNER.


Je remercie ici même les mécènes qui soutiennent le projet éditorial et le Blog. 
Leurs noms (pour ceux qui ont accepté qu'ils soient publiés) figurent sur le site. 
Plus largement, j'appelle à un mouvement, une dynamique afin de permettre la poursuite de l'aventure spirituelle et intellectuelle.
Car sans les Lecteurs, rien n'est possible.
Chaque livre, chaque film de Dominique Aubier transforme le monde. Et chaque fois qu'une personne en prend connaissance, cela ajoute du poids à la conscience du monde.

Un peu d'humour est-il permis ? Encore que cela me paraît très sérieux :  je vais faire un courrier au roi d'Arabie Saoudite et à l'Émir du Qatar, grands amis de la France, du Football, d'Airbus et de Dassault. Étant des Croyants très pieux, l'argument de l'Esprit leur sera peut-être moins étranger qu'à bien des politiques de l'Hexagone. Je vais leur demander s'il se sentent capables de soutenir la thèse de l'Absolu au-delà de la simple foi qui les anime dans le cadre de la religion.

En attendant leur réponse enthousiaste, j'adresse la même invitation aux Lecteurs de Dominique Aubier (et à tous ceux qui désirent simplement faire un geste en faveur de l'Esprit) : votre aide généreuse est acceptée de tout cœur.
Merci.


samedi 30 décembre 2017

Ma vie avec l'Hidalgo don Quichotte. Dominique Aubier. Texte inédit.

Extrait d'un texte inédit de Dominique Aubier,
tiré de son livre 
« Ma Vie avec l'Hidalgo ».

Ce livre sera peut-être publié si je parviens à réunir les fonds nécessaires. (dbr)

L'extrait concerne les enseignements de Don Juan, le Sorcier Yaqui, rendu célèbre par l'ethnologue Carlos Castaneda. Dominique Aubier a attaché une très grande importance à la leçon initiatique de l'Amérindien qu'elle considérait comme l'un des plus grands initiés contemporains. Elle lui a rendu hommage dans son livre « Le Secret des Secrets ».
Ici, elle approfondit certains aspects de son enseignement qu'elle met en relation avec le Zohar.


« Dans le système de Don Juan, le sorcier amérindien, l'appel existe. Il est un acte spécifique du maître accrochant le disciple dans l'être qui lui est proposé. La scène en est relatée dans toutes premières pages du livre de Carlos Castaneda, Voir, les Enseignements d'un sorcier Yaqui, paru aux éditions Gallimard.

« Il faut ici apporter une mise au point. Don Juan ne choisit pas lui-même son disciple. Il le reconnaît grâce à certains indices. C'est l'Invisible qui le désigne à son attention, par l'intermédiaire de quelques minuscules opportunités. Quand le vieil indien entra dans la gare d'autobus d'une ville de l'Arizona (la ville n'est pas nommée et c'est bien dommage, car son nom devait recéler une information précieuse dont le sorcier aura, à coup sûr, fait usage), il savait déjà qu'il devait découvrir l'homme à qui livrer sa connaissance. Il se peut que, ce jour-là, un signe lui ait fait savoir que la rencontre était imminente.

Ce qui est certain, c'est qu'une indication concrète pour un initié vigilent lui a été fournie à l'instant même où l'étudiant en ethnologie, Carlos Castaneda, s'est approché. L'ami du chercheur qui l'attendait à la gare n'a pas fait les présentations. Il n'a pas fait. En omettant de faire ce que toute courtoisie et usage oblige de faire, il a fait ce que l'Invisible désirait. L'absence de cérémonial : voilà ce qui s'est vu dans le miroir du manifeste. Donc, de l'autre côté, quelque chose se mirait : le protocole positif des présentations.

« Un initié comme Don Juan est incessamment branché sur le visible dont il traduit imperturbablement les messages s'ils sont symboliques, dont il reçoit les ordres en direct s'ils sont parlés ou montrés. Je m'expliquerai plus tard sur cette technique de perception dont la vie devait m'enseigner l'usage, le moment venu. Mais il faut bien la prêter à l'Indien si l'on veut comprendre qu'aussitôt il agisse pour « accrocher » le disciple dans le passant. Certes, le nouveau venu lui offre l'occasion idéale pour que l'appel se fasse : il prétend connaître le peyotl et il ment. Le mensonge aussi révèle. Pour un homme de connaissance, le mensonge indique le contraire de ce qu'il veut faire croire. 


« Carlos Castaneda veut faire croire au vieil Indien qu'il est capable de soutenir un dialogue intéressant au sujet du peyotl. L'Indien qui connaît véritablement le peyotl analyse aussitôt le mensonge et y voit la preuve par l'envers que le dialogue intéressant doit avoir lieu. Cette manière de redresser relève aussi du dispositif de la Tête. L'hémisphère gauche (gauche d'une personne parlant d'elle-même) qui possède le langage présente les informations de haut en bas, si l'on me permet de le dire ainsi. L'hémisphère droit qui assure la manifestation de l'information la traduit à l'envers, suivant un effet de miroir. Ceci résulte des positions en face à face des deux hémisphères. L'un reçoit l'influx de haut en bas et l'autre le reçoit sur le retour, de bas en haut, après échange latéral d'un hémisphère sur l'autre. Si bien que, dans le manifeste, il y a toujours un effet à remettre dans sa droiture pour atteindre l'information dont il est le résultat.

« Don Juan perçoit successivement deux indices d'avoir à identifier son disciple dans l'ethnologue. Il répond à ces indications à la vitesse de la pensée vigile. Que fait-il ? Il prend une certaine posture mentale, celle qui met le Verbe au front comme une fronde, et il décoche une pierre, la pierre de regard, dans l'œil de son vis-à-vis. Cette pierre de regard, qu'est-ce ? C'est lui-même en qui l'énergie du Verbe est coulée. Mais cette énergie, d'où vient-elle ? Si la Tête est le modèle de la Création, comme l'affirme le Zohar (au chapitre des omissions) ce sont des axones qu'il faut concevoir dirigeant sur nous l'influx central de cette corticalité en action. Le Zohar se représente ainsi les choses quand il parle de la « force cachée qui se ramifie dans toutes les directions », dégageant « des rayons utiles au monde et d'autres qui ne le sont pas » (tome II, page 592). Utiles quand ils excitent des cellules placées dans l'hémisphère moteur, non utiles mais nécessaires quand ils irritent des cellules agissant pour le compte du manifeste, dans l'hémisphère en face.
C'est là un distingo subtil et il suffit à faire comprendre que tous les hommes ne soient pas également sensibles à l'appel de la vérité. Ceux qui servent dans l'hémisphère moteur perçoivent plus aisément le mystère d'être que ceux qui servent l'hémisphère spécifiquement manifestant. Certes, l'imbrication complexe des structures l'une dans l'autre fait qu'il y a droite dans la gauche et gauche dans la droite, et que l'être soit le résultat d'une coopérative de sommations contradictoires ou associées, prédéterminant sa capacité de percevoir plus ou moins fort l'influx informationnel.


« Il importe de le souligner car certains hommes sont portés à nier l'existence du mystère d'être, bien qu'ils le ressentent parfois. Ce n'est là qu'une disposition sensible. Il vaut mieux être sensible. Mais celui qui ne le serait pas peut néanmoins dégager son être et réussir à la performance de vivre en pleine connaissance de cause, pour peu qu'il aille vers la Connaissance par les voies qui lui sont naturellement ménagées : celles de l'intellect… si possible celles du cœur. Le cœur étant synonyme d'intelligence ».


 

Extrait d'un texte inédit de Dominique Aubier,
tiré de son livre :
« Ma Vie avec l'Hidalgo ».


Ce livre sera peut-être publié si les fonds nécessaires sont réunis.

Tous les livres de Dominique Aubier.

mercredi 20 décembre 2017

La Face cachée du Cerveau. Par Dominique Aubier. Le Code des Archétypes

La Face cachée du Cerveau…

Chaque tradition dispose d'un lexique permettant de prendre langue avec l'invisible. Ce vocabulaire dépend de la région du monde où cette tradition est logée. Il est lié à la langue parlée de cette province de l'esprit. Il subit l'inflexion de ce filtre.  D'où l'extrême diversité des rites, croyances, religions qui toutes célèbrent le même principe d'unité.
Ce principe, quel est-il ?
Au fond, la Connaissance, l'Humanité la possède déjà.  Dans la latence de la pensée imagée. Maintenant, face à la barbarie du monde moderne, il faut la redonner sous une forme indiscutable et universelle. Et identifier le Principe d'unité.
Dominique Aubier s'est appliquée à rendre intelligible chaque unité de signification de la Connaissance.
Chaque article de loi y est traité isolément, entouré d'une double haie de renseignements. Une ronde d'affirmations empruntées à diverses traditions forment le premier encerclement. Le second se compose de descriptions scientifiques visant le même point de vue. Le parallélisme entre les deux séries d'arguments est d'un effet singulier. 
La Face cachée du Cerveau. En deux volumes.
Il apparaît que, point par point, la Connaissance traditionnelle et la Science ont découvert l'existence des mêmes faits, bien qu'elles ne les aient pas regardés du même observatoire ni dans la même perspective. Les références ne se superposent pas exactement, elles se complètent. La dualité des repères composent un jeu d'optique comparable à celui des lunettes dont un verre est rouge et l'autre vert et qui, en se combinant, mettent en relief une image à deux dimensions. Impossible de ne pas constater l'effet produit.
La documentation est riche. L'auteure a parcouru tous les sentiers traditionnels de la terre, elle a marché dans tous les chemins du savoir et de l'expérience. L'érudition dépasse en ampleur tout ce que je pensais qu'un être humain puisse accumuler. Et cette formidable masse de savoir a ici… la gentillesse de se discipliner, de se ranger au service d'une explication franche et directe. On ne peut guère résister à la cohérence des arguments.
Cette technique d'enveloppement, en outre, se maintient d'un principe sur l'autre. C'est vrai pour chaque article de loi, cette cohérence science-tradition. À la longue, l'édifice logique devient impressionnant. Pas une rupture. Pas une exception. 
Si la convergence des deux points de vue ne se manifestait qu'une fois, voire même plusieurs fois, sans s'étendre obstinément à tous les faits considérés, on aurait pu douter de la valeur de la thèse. Mais du haut en bas de l'échelle, tous les principes énumérés se laissent recouvrir par la même théorie. Déconcertante, cette nomenclature de règles dont chacune et toutes sans exception acceptent d'être incorruptiblement attestées par les deux lectures du réel. La constance du procédé explicatif n'a d'égale que la permanence de l'effet de conviction résultant de son emploi.

Rien de semblable, à mon sens, n'existe à ce jour dans la librairie du monde. Il me semble que jamais personne n'a réalisé une synthèse de cette envergure, dans un langage aussi direct. C'est un véritable dictionnaire des principes jadis ésotériques de la Connaissance. À la longue, cette imperturbable logique garantit la réalité du modèle porteur : il semble — non : il est certain — qu'il existe une structure absolue (pressentie par Raymond Abellio, mais il ne l'a pas identifiée) guidant les opération constructives, aussi bien dans le domaine de la matière que dans celui de la pensée et de la vie culturelle. « Structure absente » comme se plaisait à l'affirmer Umberto Eco, sous prétexte qu'il ne l'aurait pas observée ? Bien au contraire : structure hyper - présente affirme Dominique Aubier. Structure et lois systémiques identifiées et mises au clair dans cette Face cachée du Cerveau.

J'y ai trouvé exactement ce que mon esprit, depuis longtemps, appelait intuitivement quand il partait à la recherche du paradis perdu, dans la forêt des traditions. Cela se trouve là, dans ce livre, exprimé dans le langage le plus précis que ma conscience puisse souhaiter.

Ce livre — en deux volumes inséparables — dont c'est déjà la quatrième édition (mais les médias en ont-il jamais parlé ?) donne à comprendre ce qui jusque là constituait de vastes énigmes : ces articles de loi deviennent clairs, ces unités de signification sont cloués sur leur sens, et deviennent des figures de la vie vivante. Les informations scientifiques collectées suffisent à démontrer le bien fondé des découvertes : les références traditionnelles recueillies prouvent qu'en effet les critères de la pensée symbolique actifs dans la pensée d'un initié s'intègrent à sa pensée quotidienne et lui permettent d'agir.

Livre éblouissant. Que d'aucuns trouvent ardu et difficile. C'est vrai. Mais l'effort intellectuel est payant.
Dominique Blumenstihl-Roth

La Face cachée du Cerveau 
Tome 1. Le Moteur Immobile
Tome 2. Le Bienfaiteur sublime
(en librairie, Amazone, Decitre)

vendredi 1 décembre 2017

Cervantès, Don Quichotte et la Méditerranée. Par Dominique Aubier. Audio.

Cervantès, Don Quichotte et la Méditerranée.

Un enregistrement audio de Dominique Aubier.

Hommage à Dominique Aubier qui raconte comment elle a rencontré Don Quichotte.
La Méditerranée au cœur de la Connaissance et des voies de la révélation.

Pour retrouver la voix de Dominique Aubier

Una foto de la casa de Dominique Aubier en Carboneras, Almeria (1992)

« L'amour l'emporta sur la précaution. Et ce fut sagesse. Je comprends aujourd'hui que ma place était à Carboneras. C'est à cet endroit-là et non ailleurs que pouvait se localiser sans erreur l'opération dite Qorban en langage rituel hébraïque. Il existe certes au Portugal et dans la province de Cuenca d'autres villages qui portent le même nom. Mais ils ne sont pas placés au bord de la grande Bleue, juste en face de Jérusalem. Ils ne bénéficient pas de la faveur symbolique dont la mer est le réservoir nominaliste. La mer, les eaux, Maïm, définit l'unité de la Connaissance. Ce nom est formé par les mots mi et ma (qui et quoi) qui participent au nom de Mami, celui de l'argonaute dont Cervantès célèbre la vigueur essentielle. Il faut posséder le quoi instruit par les choses, dans la perspective de la raison, et posséder mieux encore le qui. C'est bien dire le secret de l'être au sujet de quoi on s'interroge. Dans le mot qui nomme la mer, le qui est lu en quelque sorte à l'envers. C'est là un effet extrême de pertinence. Dans l'unité cérébrale, les deux hémisphères sont en miroir. Les deux types de pensée qui résultent de cette dualité s'affrontent dans le renversement. Et quand les choses, du fait de l'insertion de la vie dans le manifeste, apparaissent dans le sens direct de l'écriture du réel, alors c'est le mi qui semble être à l'envers. Mais la Connaissance redresse les images et remet le mi à l'endroit, ce qui donne alors le nom de l'argonaute Mami.
Si Carboneras n'eût pas été devant la mer comme un pêcheur assis devant sa ligne, le nom du village n'eût pas intégralement collaboré à l'opération indiquée par le préfixe carbon, du verbe rapprocher qui agit dans le mot Qorban. Le signal nominal n'eût pas rencontré la complicité symbolique de la mer adjoignant l'évidence signalétique de la Connaissance. Car le Qorban concerne la Connaissance. Pour l'avancement évolutif, c'est au sein de la Connaissance quand elle s'appuie sur ses deux secteurs, le Savoir et l'Initiation, que le Rapprochement dialectique est requis. C'est là qu'il est opérant. C'est là qu'il concerne le cycle et l'histoire et l'aventure humaine, laquelle n'a plus de vertu si elle perd la virginité que lui fait l'esprit, son unique moyen d'avancer, son seul soutien.
J'ai admis bien plus tard que certaines forces mystérieuses avaient su avant moi que le site convenable au Qorban de notre époque était précisément ce village devant la mer où j'ai dû prendre pied et me maintenir, m'incruster en quelque sorte au prix d'une suite de misères qui m'ont appris du moins que je ne me trompais pas en restant. C'était mon lieu de pouvoir, l'endroit juste pour la pensée exacte. Je ne suis vraiment moi-même que dans la maison sur la butte dont aucune adversité n'a pu me chasser… »

mercredi 22 novembre 2017

Don Quijote y la cabala hebrea. El Quijote, un libro criptado.

¿Cuál es el secreto del Quijote? 
La escritora Dominique Aubier ahonda en el núcleo del misterio del Hidalgo.
 

Dominique Aubier, especialista de la cábala hebrea, ha estudiado en profundidad la tradición judía. Sus obras nos permiten llegar a ver una encodificación de tales rituales en donde ella nos acerca a su significado.  Su lectura de los textos antiguos, como el Zohar o el Sepher Ha Bahir le permite comprender de manera mas completa el sentido oculto de tales códigos cabalísticos.  Experta en codificación de aquellos signos, al tiempo que indaga tambien en la expresividad de su vida, Dominique Aubier es una cabalísta moderna que aúna la sabiduría de la tradición con los descubrimientos científicos.  Ella utiliza la metodología conocida como del Corban, la cual aprendió durante su estadía de largos años en un localidad andaluza llamada Carboneras, curiosamente un anagrama de la palabra Corban.

En su estadía en España ella descubrió que la famosa novela de Cervantes, Don Quijote de la Mancha, era un libro encriptado: un inmenso tratado del conocimiento codificado en lenguaje cabalístico. Don Quijote lleva en su contenido los principios de los términos herméticos, todas las reglas de la Cábala, como el Notarikon, el Tzerouf o el Héquech.
De entre toda su obra, Dominique Aubier reserva un lugar importante al conocimiento hebraico. En sus trabajos trata sobre la esencia del judaísmo, su ontología, su belleza y perfección.

 Ahora, Dominique Aubier nos muestra sus descubrimientos acerca de los mensajes ocultos en la más celebre obra de Miguel de Cervantes, en su libro :

             


Y en el video documental


Las claves ocultas y el secreto oculto que esconde la novela Cervantina,
Primer premio en la categoria de mejor documental
en el festival de cine Las Duñas en Fuerteventura


El ingenioso hidalgo
DON QUIJOTE DE LA MANCHA

más que simplemente una novela

  
En 1605 se publica la primera parte de la que sería la obra más grandiosa de la literatura española, la más traducida y leída en el mundo junto con la Biblia: El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha. El propio Cervantes avisa y afirma no ser el autor de su libro sino el lector de una traducción cuyo artífice es el historiador arábigo Cid Hamete Benengeli. Tal vez aquí radica el secreto de su éxito, pues El Quijote sería la traducción de un manuscrito descubierto en Toledo, envuelto en misterio, escrito en lengua árabe y puede que... en cualquier otra lengua. La investigadora Dominique Aubier, después de 50 años de estudio de la novela, ha logrado descifrar el código secreto que durante 400 años ha estado oculto.

DON QUIJOTE se edita en 1605 y conoce enseguida el éxito, una gloria que jamás se va a extinguir marcará ese libro el cual, con la Biblia, es la obra más leída del mundo. ¿Cuál es el secreto del Quijote?

Dominique Aubier dedica su vida en resolver este misterio. A lo largo de su investigación, esa escritora — una vida de búsqueda y investigaciones para llegar a comprenderlo — llega a ser una experta mundial en Kaballah hebraica. Gracias a esa herramienta, ella será la primera en abrir el simbolismo de Don Quijote, decodificándolo y liberando su sentido oculto. El descubrimiento es fabuloso. Don Quijote es un libro que puede leerse a la vez en castellano y en hebreo. Cervantes esconde en efecto, un mensaje en su texto. La segunda edición (1608) original del Quijote, revisada por su autor, está sembrada de "errores" burdos que los funcionarios de la erudición se apresurarán en corregir en las ediciones siguientes. Pero en realidad había que decodificar esos errores que, de hecho, no eran tales y a su vez transformaban, con la omisión de una letra o con una acentuación mal puesta, la novela castellana en un tratado iniciático habitado por el sistema fundamental de la hermenéutica: otros tantos mensajes codificados, de los cuales algunos salen directamente del texto bíblico especialmente de los capítulos de Ezequiel.
Yo sé quién soy, dice Don Quijote. ¿Y quién es él realmente? Dominique Aubier sigue los pasos de Cervantes, recobra el hilo conductor de su pensamiento, de tal modo que la pesquisa está llevada por Cervantes en persona, quién pone los jalones en una pista cuyo tesoro es la aparición del sentido.
Henos aquí que en plena Inquisición Cervantes, en una forma literaria nueva de la cual es el propio inventor — la novela moderna, transmite una enseñanza aquejada de interdicción. Cervantes devuelve lo que recibió de la tradición hebraica, de la kabbalah y del Corán y acrecienta esa donación con su propio poder profético. Don Quijote (Qjot en arameo significa verdad) se escribió en el marco de una preocupación ecuménica. En recuerdo de una España tierra de encuentro de las tres religiones reveladas, propone al futuro un vasto proyecto cultural colocando en su centro el poder del verbo. Y de repente estalla a la luz la verdadera identidad de Cervantes.

Dominique Aubier ahonda en el núcleo del misterio del Hidalgo. Para poder llevar a cabo la exégesis de la obra cervantina, sublime proyecto intelectual plasmable a la realidad, se hacia necesario que una vida entera se dedicara al Gran Caballero. Dominique Aubier le ha consagrado su vida. Realiza una profunda exégesis haciendo resaltar el poder universalizador de Don Quijote. Este conjunto de obras, admirablemente labradas, redactadas en una inspirada locuacidad donde la precisión del pensamiento se une a la riqueza del vocabulario, constituye el desenlace de una indagación llevada a cabo con maestría. Dominique Aubier se impone por el rigor de su estudio. Su obra alcanza la cima de la elegancia del alma pues sitúa Don Quijote como el recurso civilizador de alta metafísica al servicio de lo humano.

--------
La pelicula : "El secreto de Don Quijote".

Para mas informe :d-b-r(+)bbox.fr



samedi 18 novembre 2017

Une grande leçon de vie. Par Dominique Aubier. Texte inédit.

 Une grande leçon de vie.
 Voici un texte inédit de Dominique Aubier.


Première leçon : s'écouter.
« — Laisser les images profondes insister autant qu'elles le veulent dans l'esprit. 
— Lire en elles littéralement les descriptions de ce qui cherche à se faire comprendre. 
— Apprendre à traiter le contenu mental comme le texte à expliquer en cours de littérature.
— Concevoir l'enseignement littéraire avec la générosité convenable à la formation requise par la vie quand elle attend de tout être qu'il sache épuiser le secret du message fixé en lui. — Faire science de l'Intuition. Mais aussi, doctrine de l'Évolution et de ses critères.

Car notre vie décalque le processus évolutif. Et faute de le savoir, il arrive que nous parvenions au bout du chemin noir, sans nous douter que l'issue existe, et qu'il suffit de se retourner.

J'étais alors hantée par le suicide. Mais cette hantise m'indiquait surtout qu'il y avait lieu de mourir à une étape de ma vie. Non à la vie elle-même si riche d'avenir, à chaque instant. Le suicide n'est pas seulement un crime contre l'être. C'est aussi une erreur contre soi. Il interprète l'aveuglement de la personne en face d'une situation qu'elle estime sans issue, et qui l'est probablement. Mais qu'une situation caractérise l'achèvement d'une phase d'existence, et par là, marque du signe de la mort l'endroit de la fin, ne signifie aucunement que les choses s'arrêtent. Il suffit de conduire, ou d'aider la personne à conduire l'énergie vers le point opposé à la situation qui tue. Là se trouve la sortie. Le conseil d'y aller au demeurant est murmuré tout autour de nous par l'environnement. À nous d'en percevoir le chant.

L'avis à prendre n'était pas seulement d'obliquer en direction de la solitude. Il était également contenu dans les représentations qui offusquaient alors mon imagination. Je me devais de repérer le point où les choses se divisent. Et c'est ce que montraient les scènes naturellement marquées par mes yeux quand le regard tombait sur l'alentour. Tout autour de moi semblait être en identité profonde avec ce qui me concernait intimement. Ces scènes de la vie cernaient positivement le motif qui, intérieurement, cherchait à se rendre conscient. Il suffisait de consulter l'immédiat pour savoir deux choses : que mon avenir était obturé sur une de ces branches, que la solution ouverte se tenait du côté du mouvement. Il fallait donc courir vers le changement.

Dans cette schématisation se trouvait aussi l'enseignement : apprendre qu'il y a toujours Droite et Gauche, que la division caractérise violemment les situations terminales, que ce profil finit par stigmatiser toute entreprise vivante. C'est le croquis fondamental de l'Évolution. Il dirige aussi nos existences. C'est pourquoi, dans le chemin qui nous invente, il existe des lieux, carrefours où la direction à prendre importe énormément. Chaque fois qu'une phase d'existence s'achève, l'acte de clôture s'accompagne d'une relance de l'énergie.
La porte qui se ferme à Gauche fournit le dynamisme même de l'ouverture à Droite, où fuse en force l'avenir. Voilà pourquoi il faut se familiariser avec les images biologiques décrivant les cycles. Elles fournissent les représentations qui permettent de suivre les mouvements de notre vie. Car là aussi, tout se constitue en fonction de l'arborescence Droite - Gauche.

À Gauche, l'arrêt. À Droite, le conduit qui respire l'air de l'avenir. Chaque étape de notre existence s'enferme dans l'unité d'un cycle. Arrêt de la manifestation au bout d'une branche. De l'autre côté, une situation neuve se compose qui finira elle aussi en enclos d'où sortir… En hébreu, on ne dit pas la Vie, mais les Vies. Il faut vivre ses vies comme autant de perles fermées sur leur sens pour accomplir le collier complet de la Vie. »


Pour suivre les travaux de Dominique Aubier, on peut regarder du côté de kabbale-kabbalah un Blog qui s'inspire de son œuvre. 

Et pour ceux qui dispensent des cours s'inspirant des enseignements de Dominique Aubier : toujours veiller à citer correctement la source. Qui te l'a dit ? Qui te l'a enseigné ? Qui te l'a expliqué ? C'est dans ce respect que la communication se transmet dans le vrai sens de la "tradition". Ne pas citer correctement, c'est détourner la source.

mardi 10 octobre 2017

Don Quichotte et l'indépendance de la Catalogne…

Les Secrets de l'âme espagnole
L'Espagne est actuellement en crise.
La volonté de la Catalogne d'accéder à l'indépendance brisera-t-elle l'unité du pays ?
Pour mieux comprendre l'Espagne, son histoire, sa structure, son idéal, sa politique, son peuple, voici un livre très remarquable :
"Deux Secrets pour Une Espagne".



Ce livre plonge au cœur de l'âme espagnole, l'âme de Don Quichotte.
Dont il ne faut pas oublier que c'est sur la plage de Barcelone qu'il livre sa grande bataille contre le Chevalier des Miroirs…
Don Quichotte représente l'Unité tandis que le Chevalier des Miroirs porte une armure couverte de petits miroirs qui éclatent la vision en une multitude de facettes.
Qui remporte la victoire ? C'est le Chevalier des Miroirs.Est-ce la fin tragique du Quichotte, sa défaite ?


Don Quichotte raccroche ses armes sur la plage de Barcelone… Est-ce la fin de l'Espagne unie ?

L'éclatement de la Nation ? La mort du grand projet quichottien ?

À moins que cela signe le transfert définitif de l'énergie… depuis Sefarad (Espagne) vers Tzarfat (France) sur les traces de Mellissandre et Gayferos… (les Lecteurs de Don Quichotte savent de quoi je parle : le message du Quichotte doit franchir les Pyrénées, investir l'espace de la France qui doit le prendre en charge pour en dégager l'exégèse).

 
Deux Secrets pour une Espagne
par Dominique Aubier
Editions Arthaud



dimanche 1 octobre 2017

Une photo de Dominique Aubier. Pour les Amis de l'Ecrivain.

Chers amis,

Voici une belle photo de l'écrivain Dominique Aubier.
Elle a été prise par le photographe Claude Michaelides.


 Extrait du livre "Ma vie avec l'Hidalgo" (à paraître)

"Normalement, la Connaissance ne déborde pas le cadre ethnique où elle s'élabore en culture sacrée typique. L'enfermement dans une unité géographique et linguistique semble la première règle. Le conditionnement de base se trouve ainsi circonscrit. Le Tibet suscite l'initiative tibétaine chère aux Lamas. L'Inde facilite l'initiation par le Yoga. La Palestine se réserve la Connaissance spécifiquement liée au Verbe. L'Occident invente la Science qui est devenue une puissante entité universelle. Chaque région du monde travaille le concept associé à son génie des origines. Mais aujourd'hui, c'est vers une représentation universelle du génie humain que la Connaissance devrait s'orienter, si elle veut tenir tête à l'appel planétaire qui attend le retour ou plutôt le recours à quelque vérité supérieure.
Ce livre n'a pas d'autre but qu'acheminer le Lecteur vers cette vérité, de manière à ce qu'il l'appréhende lentement, par le concours gracieux du récit mêlé de réflexion. Si ces confidences n'aménageaient pas confortablement l'explication qui prélude à l'installation de la vérité sur son socle, il ne servirait à rien que je brise le sceau du secret dont toute existence est plus ou moins sacralisée. Mon but, prétention diront d'aucuns, étant l'élucidation du phénomène de la Vie, j'ai accepté de mettre ma vie au service de cette intention. Elle est là pour référence, non pour la parade. Il importe donc, à partir d'un certain enfoncement dans les événements qui la constituent, d'en dominer les productions pour en tirer plus avantageusement l'instruction. C'est pourquoi, à partir de maintenant, je vais m'exposer au risque de refléter l'effet dans le fait, c'est-à-dire de présenter l'action ou le vécu dans la perspective comprise qu'il ne devait acquérir totalement que plus tard. La compréhension sûre devant tout justement résulter de la logique de ces actions et de ce vécu, intimement confronté à la doctrine kabbalistique.
Ces précautions ne sont pas là pour faire barrage à la coulée événementielle. Elles invitent à prendre le recul qui permet de dominer l'ensemble, à s'approprier le guidage de la vérité vers laquelle ils sont conduits. Et c'est ainsi que, dans la réalité, s'est effectué pour moi la prise de conscience…"

mercredi 20 septembre 2017

Séisme à Mexico, l'appel du coeur

Séisme à Mexico. L'appel du cœur.
  
L'Invisible s'adresse à notre cœur.
C'est notifié dans le tremblement de terre de Mexico.
Il a surgi exactement, jour pour jour, 32 ans après le dernier grand séisme dont tous les Mexicains se souviennent.

La planète a de la mémoire, et ce n'est pas un hasard que le nombre 32 ressorte.
32, en hébreu, c'est Lamed (30) + Bet (2) LEB, le cœur.
C'est le cœur du monde qui palpite et qui souffre. Il nous invite à nous souvenir de lui. Que faisons-nous après la Tempête ?

Continuer « comme avant » ?

APRES LA TEMPÊTE… 

Le tremblement de terre de Mexico nous invite à nous souvenir du COEUR. Et qu'est-ce que le cœur ?
En hébreu cela s'écrit Lamed + Bet. Ces deux lettres signifient :
Lamed = enseigner
Bet = la structure

Quelle structure ?
Celle que Raymond Abellio appelait la Structure d'Absolu.

Dominique Aubier en a exposé les lois dans son livre :
"La Face cachée du Cerveau"

« Avoir du cœur, c'est connaître les lois de la Structure d'Absolu, les connaître et les enseigner ».

 





vendredi 8 septembre 2017

Tous les films de Dominique Aubier sur DVD

Des extraits sont disponibles sur le site internet de l'auteure. L'intégrale est éditée sur disque DVD.

Tous les films de Dominique Aubier
 

Série Ciné-Code

1 —Toros, mythe et métaphysique de l'art taurin

2 — Pardès sur Alzheimer

3 — Le Logiciel kabbalistique

4 — Pour qui, Pourquoi, Comment ?

5 — Pourquoi ? 18 décembre 2009, un jour où il y avait de la neige

6 — Il est temps pour la Kabbale…

7 — Séphirot, Je est un autre

8 — Le Sceau de Compétence

9 — Les Charmes et les Fastes de l’Alphabet Hébreu

10 — L’Impromptu de Genèse…

11 — La Table des Séphiroth

12 — La Révélation

13 — Les 13 Clés du Code des Codes

14 — La Crise

15 — Les Dix Plaies d'Egypte

16 — Les Trois Dimensions de l'Espace
   
17 — Le Destin

18 — Le Mécanisme inoubliable

19 — Le Messianisme

20 — Le Flux séphirotique





21 — Romance de l'Esprit


Série « Héritage »
Ro — Romance de l'Esprit

Hors-série
✌ — Les Petites Chroniques du Temps                    vol. 1
 Dominique Aubier commente l'actualité                 vol. 2
✌ — El Secreto de Don Quixote 
(Dominique Aubier explique Don Quichotte. Film en espagnol, sous-titré en anglais)           
✌  — La Verticalidad del Tiempo
(Dominique Aubier explique l'Alzheimer. Film en espagnol)           
✌  — Après la Tempête…
(lDominique Aubier explique la lecture des signes)

www.dominique-aubier.comhttp://dominique-aubier.com/crbst_33.html